Quand la bonne santé des malades se résume à un constat simple: les médicaments ne marchent pas dans la BPCO s’ils ne sont pas bien pris.

« Chronic obstructive pulmonary disease exacerbation and inhaler device handling: real-life assessment of 2935 patients.  » [06-04-2017]

Source : The European respiratory journal 2016 Dec

Molimard Mathieu, Raherison Chantal, Lignot Severine, Balestra Aurelie, Lamarque Stephanie, Chartier Anais, Droz-Perroteau Cecile, Lassalle Regis, Moore Nicholas, Girodet Pierre-Olivier.

 

Sur près de 3000 malades atteints de BPCO, une enquête a été faite en France. L’enquête portait auprès de pneumologues qui devaient vérifier la prise des médicaments inhalés chez leurs malades. Les résultats sont catastrophiques : 50% des malades utilisent mal leur dispositif; des erreurs graves, compromettant l’inhalation de médicament étaient retrouvées, sans surprise, chez 44% des sujets sous sprays mais qui s’est fait détrôné par le dernier système arrivé le respimat avec 47% d’erreur! Le moins d’erreurs est fait avec les gélules à percer, les autres systèmes sont loin de la perfection!

Mais surtout, la mauvaise prise était franchement associée à plus d’exacerbations graves à 3 mois avec 3% en cas de bonne prise et 7% en cas de mauvaises prises. C’est juste dingue!

La SPLF met depuis peu à disposition l’outil ZEPHIR, ici en lien : http://splf.fr/videos-zephir/

Montrez-le à vos malades, recommandez-le aussi à vos pharmaciens et regardez-le honteusement comme moi en cachette pour apprendre à utiliser les inhaleurs. Si la méthode de prise est heureusement connue par nous tous et enseignée à nos malades, la préparation du dispositif est complètement méconnue. Vous serez surpris de la complexité des premières manoeuvres!

– Dr Jésus Gonzalez-Bermejo –
CategoryActualités, Articles

© 2018 - L'Espace du Souffle